Mis au point pour la première fois par la tonnellerie Saury en 2000, le procédé d’immersion consiste à placer « la rose » dans un bain d’eau à haute température. A la sortie de l’immersion la rose est cintrée, puis une chauffe classique (M, M+, Lumière) est appliquée en fonction des qualités requises. Lors de l’immersion, l’eau pénètre dans le bois en éliminant, les tanins les plus durs.

En effet, une étude réalisée par le Laboratoire Exact en 2014 a démontré une diminution de 37% de la quantité des ellagitanins dans le bois après le passage à l’immersion. À la dégustation, les vins présentent alors une bouche équilibrée et harmonieuse : souplesse, sucrosité.